Envisager son rêve comme une réalité possible.


Etes-vous à ce stade où tout est dans la tête et le cœur mais vous n’avez pas encore fait la moindre chose pour entamer la démarche de votre projet ?

Hum, mais alors, qu’attendez-vous ?!

J’encourage facilement à passer à l’action mais là, j’aurai tendance à dire « Démarrer quelque chose oui mais pas n’importe quoi ! ». Voici, pour le moment, les 3 points que vous devez valider avant d’agir : 1 – vous avez un but précis qui répond à un désir (une envie) Vous savez déjà ce qui vous fait envie, ce que vous souhaitez réaliser. Un projet de voyage, partir ? Loin ? Longtemps ? Vous reconvertir ? Même si vous ne savez pas encore où partir, ni quelle reconversion faire exactement, vous avez déjà une envie, mais une envie n'est pas une intention, et une intention, ce n’est pas suffisant pour appeler cela un but. Partir, se reconvertir c’est établir une réalité : vous ne voulez plus être là où vous êtes, ou faire ce que vous faites. Mais ce n’est pas un but. Il va vous falloir déterminer ce que vous voulez, en des termes tels que « Je souhaite aller… », « je souhaite devenir… » « j’ai pour objectif de… ». 2 – vous êtes capable d’identifier les risques Si vous avez commencé à vous dire « Oui mais… », c’est déjà une piste d’identification des risques ou des obstacles que ce projet peut comprendre. Toutefois, ce n’est pas suffisant. Il vous faut identifier les risques majeurs qui sont potentiellement ceux qui feront échouer le projet. Par exemple, si vous souhaitez partir faire le tour du monde, quel est votre budget ? Envisagez-vous une année sabbatique et si oui, quelle chance que votre patron veuille vous l’accorder ? Tiendrez-vous un an sans rentrée de revenues ? Si vous souhaitez devenir pâtissier alors que vous êtes actuellement contrôleur de gestion dans une moyenne entreprise, avez-vous imaginé le changement de vie que cela entraînera non seulement pendant la phase d’apprentissage et de transition mais lorsque vous serez dans ce nouveau métier avec ses horaires et contraintes ? Voilà tout autant d’exemple de la manière de réfléchir aux risques sans mettre les risques collatéraux : familles, enfants, environnement de vie, etc. 3 – vous ressentez que c’est réalisable même si vous ne savez ni comment, ni quand Vous avez une vague idée que ce projet semble un peu fou, mais il est là et ne vous quitte pas. Au fond, vous connaissez des cas directs ou indirects de personnes ayant osé et réalisé leur rêve, alors pourquoi pas vous ? Après tout le vôtre n’est pas aussi fou que celui de certains. Vous avez raison. Ceux sont nos « tripes » (pour parler clairement) qui nous donnent le ton. Et de manière instinctive vous vous dites que votre projet est « réalisable, mais… ». Mais quoi donc ? Vous ne savez pas quand, comment vous y prendre ? Vous ne voyez pas encore tous les risques. Rassurez-vous, ce qu’il vous manque à ce stade c’est d’y croire un peu plus, de valider un peu plus les impacts, bénéfices et risques. Alors, pourquoi ne pas poussez plus loin ? Et si à présent, pour vous rapprocher de votre rêve vous commenciez un « mini cahier des charges » ?


0 vue

Pour me contacter

  • Gris Icône Instagram
  • Grey Facebook Icon
  • Gris LinkedIn Icône

JeBosseHeureux.com - 93150 Le Blanc Mesnil

Copyright 2017 Beatrice Gomez

Contenus et images réservés

Béatrice Gomez coach
Recevez le e-book "Les 5 axes essentiels au bonheur dans votre job"
en souscrivant à la newsletter