• Béatrice Gomez

Pourquoi certains ont l'air heureux au travail ?


Pourquoi certains ont l'air heureux au travail quand autour de vous ça va mal et que vous en avez ras-le-bol ?

Si vous êtes sous pression, qu’il vous arrive de temps en temps de trouver des contraintes et comportements hiérarchiques incohérents ou difficiles à vivre, si votre moral est en berne et votre motivation à plat, voire pire, vous êtes en plein burnout, il est fort possible que vous soyez étonné.e, voire agacé.e, de constater quelques réfractaires à cette morosité. Et oui, des gens motivés et pleins d’énergie s’agitent autour de vous alors que dans votre tête s’est installé, depuis quelque temps, la certitude qu’il n’y a rien de bon dans cette entreprise ou dans votre activité.

Qu’est-ce qui fait pourtant que certains semblent zens, dynamiques et volontaires dans une ambiance générale où beaucoup sont négatifs, malheureux ou démotivés ?

~ Tout nouveau, tout beau ~

Rappelez-vous lorsque vous avez commencé dans cette entreprise, ou dans ce poste. Vous étiez surement enthousiaste. Vous ne connaissiez personne, personne ne vous connaissait. Tout était tout nouveau, tout beau. Et oui, quand on débute dans un poste, on est un peu "vierge" de toute histoire. C’est souvent la bonne occasion de remettre tout à plat et d'installer des relations ou une image plus conforme à ce que nous voulons.


Nous portons tous des masques sociaux et l’expérience nous démontre qu'il est très difficile de nous défaire de certaines étiquettes collées par un certain vécu. Arriver « neuf » dans une entreprise nous permet d’être plus alignés à qui nous sommes devenus après nos échecs et réussites passés. De plus, nous découvrons l’ambiance, les us et coutumes dans ce nouvel environnement. Nous sommes concentré à apprendre tout ce qu’il y a à apprendre. Nous sommes enclins à contribuer et même à apporter notre savoir-faire. Nous évitons de juger trop vite certains collègues, etc. il est donc logique de se sentir motivé, enjoué et d’avoir une vision positive, sans quoi nous n’aurions pas accepté ce poste. Et cela peut durer plusieurs mois, plusieurs années. Ne soyez pas trop exigeant avec ces heureux, ils n'ont pas encore été atteint par votre réalité. Profitez donc de leur vision bon-enfant.

~ On ne fait que passer ~

Certains heureux sont très conscients des incohérences ou mauvais côté de leur service ou de leur direction. Ils n’approuvent pas forcément mais semblent ne pas en être affectés. Il se peut qu’ils fassent bonne figure et comprennent un peu ce que vous ressentez, mais souvent cela leur passe par-dessus la tête, comme dit l’expression. Ces profils là se sentent de passage. Ils savent déjà qu’ils ne vont pas rester. Ils transitent en quelque sorte pour compléter leur CV, leurs compétences et/ou leur expérience. Ne vous étonnez pas qu’ils ne vous "suivent pas" dans votre état d'esprit, lors des échanges autour du distributeur de café. N’attendez d’eux ni prise de position ni révélation. Ils préfèrent préserver leur image et dans un tel contexte, penser à soi semble une bonne stratégie. Trouvez un soutien plus sûr qui saura resté dans la confidence, si vous avez besoin d’alliés surtout dans une situation critique pour laquelle vous auriez besoin de vous exprimer et de vérifier que vous ne "délirez pas" comme par exemple du harcèlement moral.

~ Un bon compromis ~

Il y a aussi les heureux bienveillants. Ceux-là, conscients des difficultés et des valeurs de l’entreprise peu en phase avec les leurs, semblent néanmoins évoluer avec aisance et sagesse. Ils écoutent ce qui se dit, ils constatent en effet et parfois réagissent, mais restent prudents et ne revendiquent rien. Ils restent motivés et c’est souvent eux qui remontent l’ambiance ou font avancer certains projets. Ces personnes-là ont appris à prendre du recul. Ils savent pourquoi ils sont là. Ils connaissent leur marge de manœuvre. Ils savent exactement ce sur quoi ils peuvent agir ou pas, c'est à dire "ce qui dépend d'eux ou pas". Ils ont parfaitement identifié leurs besoins et comment l’entreprise, leur responsable ou leur travail répond à ces besoins. Ils savent s’entourer des personnes qui leur permettent de se sentir bien (ou savent s’éloigner des autres). Ils savent aussi comment éviter ou gérer les conflits. D'autres font, contre mauvaise fortune, bon cœur. C’est ainsi qu’ils peuvent accepter un environnement difficile. Ils n’ont certainement pas « le bien-être au travail » comme critère dans leurs besoins principaux. C’est, peut-être là pour vous, une piste à suivre si en tout état de cause, changer d’entreprise ne vous est pas possible.

Ces heureux vous en disent long sur vous-même et peuvent être des modèles intéressants à suivre. Soyez prudents de ne pas trop interpréter votre état interne comme l'état général ambiant. Soyez également vigilant à ne pas saper l'enthousiasme de certains ou à vous faire une réputation de râleur ou râleuse. Gardez avant tout à l’esprit qu’il est bien plus utile de vous demander d’abord pourquoi vous n’êtes plus heureux.se dans votre job, pour ensuite chercher des solutions efficaces, pour vous et peut-être aussi pour les autres.


#article

6 vues
Béatrice Gomez coach

Pour me contacter

JeBosseHeureux.com - 93150 Le Blanc Mesnil

Copyright 2017 Beatrice Gomez

Contenus et images réservés

  • Gris LinkedIn Icône
  • Grey Facebook Icon
  • Gris Icône Instagram

Inscrivez-vous et recevez en cadeau "Les 5 axes essentiels au bonheur dans votre job"