Pour me contacter

  • Gris Icône Instagram
  • Grey Facebook Icon
  • Gris LinkedIn Icône

JeBosseHeureux.com - 93150 Le Blanc Mesnil

Copyright 2017 Beatrice Gomez

Contenus et images réservés

Béatrice Gomez coach
Recevez le e-book "Les 5 axes essentiels au bonheur dans votre job"
en souscrivant à la newsletter

Se former au coaching ou devenir coach ?

Ça m'attriste de voir des vocations se replier vers la vente de méthodes faute de ne pas réussir à prendre sa place dans cette dite vocation... Ça m’attriste de voir combien de "jeunes" coachs fraichement certifiés finissent par vendre une technique de vente sur internet qui les détourne du coaching tels qu'ils l'espéraient au départ. Je ne juge pas le procédé et encore moins les personnes qui se tournent vers le marketing web car il faut bien s'adapter et faire son nid. Après tout, certaines portes en ouvrent d'autre. Pour beaucoup cela devient peut-être l'occasion de monter un business où ils se découvrent un talent et s’y sentent bien, et à leur manière apportent quelque chose aux autres, en masse. En réalité, accompagner les coachs (ou thérapeutes) qui veulent avoir de la visibilité sur internet est en soi une niche. Mais c’est parfois un piège pour ces derniers et j’en vois quelques-uns qui finissent par faire la même chose à leur tour, vendre la technique qui leur permet d’être visible. Je ne peux m’empêcher de voir la une boucle systémique qui risque de vite devenir dysfonctionnelle et accentuer la vision du métier dans tout ce qu’il n’est pas.


Ce qui m'attriste donc c'est de voir combien notre système englouti dans la voie du coaching des gens mal informés ou mal accompagnés dans leur transition de vie pour au final ne pas faire du coaching mais souvent du conseil ou de la formation. Si pour certains, faute de clientèle, la « reconversion » quelque peu forcée vers une spécialisation digitale ou marketing fonctionne, ce n’est malheureusement pas le cas pour la majorité. Beaucoup retournent à leur métier précédent.


Devenir coach est au départ, pour pas mal de personnes un besoin profond de travailler sur soi, pour d'autres une vocation, et pour certains l'impression d'une voie facile et rapide de gagner de l'argent, ce qui est malheureusement une vision fausse et complètement fantasmée du métier, celui qui se veut applicatif, c’est à dire coacher individuellement des personnes dans leur développement vers leur objectif.


La plus part des coachs en exercice sont anonymes et leur visibilité se tourne vers les entreprises. Ils sont souvent membres de fédérations. Le coaching exécutif, accompagnement professionnels des cadres, dirigeants, managers et leurs équipes, etc., reste majoritaire. Le coaching de métiers — dont l'expérience professionnelle du coach, souvent un expert sénior, permet de se nicher vers les corpus spécifiques tels qu'avocat, l'éducation, la santé, etc ­— est une activité plutôt invisible sur les réseaux non professionnels. Rares sont les coachs professionnels qui cherchent à se promouvoir auprès des particuliers via Facebook, Instagram ou twitter mais il y en a, j’en fais d’ailleurs partie. Pour les autres, il s’agit majoritairement de coachs de vie ou thérapeutes pour la gestion du stress, du bien-être, de la santé, la confiance en soi, les relations familiales et tout autre élément permettant un mieux vivre global. C'est très orienté développement personnel. C’est à l’attention de ces derniers que les techniques d’auto-promotion sur les réseaux s’adressent majoritairement.


C’est une bonne chose, comme je l’ai dit il y a des niches pour tout et de nombreux professionnels sont en quête de ce type de connaissance, de savoir-faire et de soutien.


Mais il me semble juste d’informer et de rappeler que le coaching est un travail sur le long cours. La plus part des approches de réussites via les réseaux sociaux sont tournées vers la formation. Or, monter des formations en ligne est un autre métier. Il nécessite d’avoir une bonne connaissance et surtout un talent de restitution. Comme le dit Idriss Aberkane, ce n’est pas tant la connaissance qui fait la réussite mais le talent de celui qui la détient de savoir la transformer et d’en faire un bon usage. Les techniques de vente ne font pas le contenu du vendeur. Beaucoup de professionnels se font attraper par ce faux miroir aux alouettes. Il faut avoir déjà une bonne expérience et un talent conceptuel pour livrer une bonne matière ; les techniques de visibilité et d’attractions seront alors un réel plus.


Mais pour qui veut coacher ou soigner, je ne pense pas que ce soit le bon chemin. Il est donc important de bien distinguer les activités et de s’informer réellement de ce que ce grand champ de l’accompagnement comprend et ce qu'il permet. Ce n’est qu’en connaissance de cause que l’on s’assure d’être sur la bonne voie et qu’on garantit le succès de ce que l’on entreprend.


Si votre préférence va vers la création de contenus de valeur et qu'il vous plait d’impacter en masse des personnes que vous ne rencontrerez qu’occasionnellement alors ces pratiques sont pour vous et si votre talent est là vous réussirez probablement. En revanche, si votre cœur vous porte vers l’accompagnement en profondeur et dans la durée pour voir se transformer l’autre ou l’équipe que vous coachez, alors ce n’est pas dans la construction des tunnels de vente que vous trouverez votre bonheur. Sachez apprécier les différences et trouver le bon dosage de toutes ces tendances dans votre propre développement professionnel.


En résumé, prenez conscience de ce qui vous appelle vraiment dans le coaching et la manière dont vous voulez le pratiquer et vous saurez trouver la voie qui vous y mène. Le métier de coach est en plein voie d'expansion depuis ses balbutiements il y a trente ans et l'émergence des technologies d'aujourd'hui. Tout reste encore à définir. Se former est une chose, devenir coach en est une autre. Comprendre cela passe par une prise de recul sur la réalité des métiers qui touchent au développement et à la connaissance et ce qu'ils impliquent de traverser. Prenez soin de veiller à votre passion avant de vous lancer dans une formation couteuse qui ne garantit pas de vous conduire là où vous le souhaitez.


Bonne route !

22 vues